Choisir la province (Canada) ou l'État (États-Unis), et la langue.

Services en ligne – AccèsD, AccèsD Affaires, courtage en ligne, courtage de plein exercice.

Se connecter aux services en ligne de Desjardins.
 

Vous êtes ici : Accueil > Coopmoi > Plans d'action et conseils > Préparer l'avenir : les jeunes et la finance > Articles > Entreprendre : une passion innée ou acquise?

Votre navigateur est configuré pour refuser les fichiers témoins (cookies). Certaines parties du site pourraient ne pas fonctionner correctement ou ne pas être disponibles. Certaines informations présentées pourraient aussi s'adresser à d'autres utilisateurs que vous.
Voir la procédure pour activer les cookies

La version de votre fureteur n'est pas supportée par le site. Certaines parties du site pourraient ne pas fonctionner correctement ou ne pas être disponibles.
Voir la procédure pour mettre votre fureteur à jour

Le navigateur Microsoft Edge provoque des problèmes dans AccèsD. Pour corriger la situation, veuillez installer la plus récente mise à jour de Windows.

Entreprendre : une passion innée ou acquise?

Des sondages estiment que le tiers des parents souhaitent que leurs enfants fondent leur entreprise. Des données qui soulèvent une grande question : les qualités entrepreneuriales sont-elles innées ou acquises? « Il n'y a pas de réponse simple à donner », répond Nathaly Riverin, directrice générale de l'École d'entrepreneurship de Beauce.

Dans la majorité des cas, les enfants vont choisir un métier puis, plus tard, décideront entre le travail autonome ou un emploi régulier. « Par contre, chez certains, les qualités entrepreneuriales se décèlent très tôt, renchérit-elle. Pensons seulement à ces jeunes qui s'amusent à organiser des activités, comme une vente-débarras ou un kiosque de limonade, ou des événements, comme des fêtes ou des sorties entre amis. »

À l'école comme à la maison

Près de la moitié des entrepreneurs âgés de 18 à 34 ans identifient l'école comme le lieu où ils ont développé leurs capacités et leurs compétences entrepreneuriales. D'ailleurs, le Conseil québécois de la coopération et de la mutualité propose le programme Ensemble vers la réussite afin de bien outiller les enseignants du primaire et du premier cycle du secondaire dans la promotion de l'entrepreneuriat à l'école.

Du primaire à l'université, l'école est un milieu privilégié pour découvrir ses forces, mais elle ne fait pas tout.

Selon Nathaly Riverin, le parent est bien placé pour reconnaître les talents et les qualités de ses enfants. « À la maison, il est possible de développer le sens de l'initiative, l'autonomie et la capacité d'entreprendre, des qualités essentielles à l'entrepreneuriat. »

« Depuis l'été 2013, nous offrons un camp de vacances pour les jeunes de la 3e à la 5e année du secondaire. On travaille surtout à développer leur personnalité entrepreneuriale. Ce qui a marqué les jeunes, c'est que les petites histoires font naître de grands succès et que c'est possible de réussir. Les jeunes ont aussi retenu qu'il est plus facile de passer à l'action avec de petits projets, puis de les faire grandir, que de se casser les dents sur un trop gros projet. »

Nathaly Riverin insiste sur le rôle des parents pour développer les talents et aider les enfants à mettre en valeur leur personnalité entrepreneuriale.

Développer sa personnalité entrepreneuriale en 5 points :

  1. Se connaître : s'accepter tel que l'on est.
  2. Créer : développer son sens de l'initiative.
  3. Concevoir : passer à l'action.
  4. Communiquer : partager son leadership.
  5. Collaborer : développer sa capacité à mobiliser.

À faire avec les jeunes

Découvrez nos activités éducatives sur l'entrepreneuriat :

Barre d'outils