Témoignage de Françoise : planifier sa succession

Un legs bien orchestré pour une retraite sans fausse note

En 2014, Françoise Davoine a 58 ans... et elle trouve que ses 65 ans sont encore loin! Après plus de vingt ans comme animatrice radio spécialisée en musique classique, elle songe à prendre sa retraite. Elle souhaite troquer le micro contre les comptines et exercer pleinement son futur rôle de grand-maman. Mais pour y arriver, il faut d'abord s'asseoir et calculer.

Connaître ses besoins pour mieux planifier

La réflexion de Françoise s'accélère lorsqu'elle reçoit un petit héritage provenant de la vente outremer d'une maison familiale. C'est décidé! Elle décroche le téléphone, prend rendez-vous avec sa conseillère, chez Desjardins, et lui pose la question d'emblée : « Est-ce que je peux prendre ma retraite plus jeune? »

Impossible pour sa conseillère de lui répondre sur-le-champ. Elle doit passer en revue les objectifs de Françoise, mais aussi ses actifs, son épargne, son niveau de vie souhaité, ses désirs particuliers et mille autres choses encore!

Des actifs dispersés aux quatre vents

Françoise possède des REER dans différentes institutions financières. Elle a aussi cotisé au régime de retraite de Radio-Canada et, dans une moindre mesure, au REER collectif de l'Union des artistes. À ces actifs s'ajoutent le petit héritage imprévu, ainsi qu'un appartement qu'elle habite toujours, rue Saint-Hubert, dans lequel elle a élevé ses trois enfants.

Les souhaits de la mélomane sont très clairs : « J'étais contractuelle depuis toujours et je voulais m'assurer que, si je prenais ma retraite plus tôt, je n'aurais pas à retourner travailler et, surtout, que j'allais pouvoir laisser quelque chose à mes enfants et à mes futurs petits-enfants. » Pas de concession possible sur ce dernier point, Françoise s'inscrivant dans une longue tradition de legs familial. « Ma conseillère a rapidement compris qui j'étais, poursuit-elle. Elle a tenu compte de ma personnalité et de mes valeurs dans ses propositions. »

Stratégies et souhaits au diapason

En élaborant ses scénarios, la conseillère de Françoise tient aussi compte d'une variable supplémentaire, chère à plusieurs aspirants à la retraite : léguer une partie de leur patrimoine de leur vivant, tout en s'assurant de pouvoir réaliser leurs propres projets. « C'était important pour moi que mes enfants en profitent au moment où ils en ont le plus besoin, afin qu'ils aient de quoi s'installer solidement dans leur vie d'adulte. »

Pour faciliter la gestion de ses affaires, sa conseillère suggère à Françoise de rapatrier tous ses REER dans un portefeuille diversifié, en plus d'ouvrir un CELI. Elle sélectionne soigneusement les fonds afin d'optimiser le rendement du portefeuille de Françoise. De plus, Françoise souhaite « racheter des années » à Radio-Canada pour bonifier sa rente. Même si elle sait que sa pension sera réduite de quelques milliers de dollars par an en cessant de travailler avant ses 65 ans, l'animatrice décide d'aller de l'avant.

« J'ai aussi compris qu'il fallait que je mette mon appartement en vente », dit Françoise. Une décision difficile, mais qui allait lui permettre de faire d'une pierre quatre coups : racheter ses années de service à Radio-Canada, diminuer sa charge financière en s'achetant sans prêt un logis plus modeste, cotiser aux REEE de ses petits-enfants et léguer un intéressant montant sur-le-champ à chacun de ses trois enfants. À la suggestion de sa conseillère, François fait rédige son testament. Elle y précise que ces enfants hériteront de son nouveau logis libre d'hypothèque à son décès. Ils recevront ainsi un legs familial, comme le veut la tradition chez les Davoine, et il leur sera beaucoup plus simple de liquider la succession grâce au testament.

Ralentir le rythme, près des siens

Aujourd'hui, Françoise est fraîchement retraitée et elle a déjà quatre petits-enfants. Grâce aux stratégies mises en œuvre par Desjardins, elle n'aura pas à piger dans ses REER avant longtemps! Son nouveau conseiller veille d'ailleurs au grain afin de permettre à la sexagénaire d'avoir l'esprit tranquille. « Tout au long du processus, j'ai eu le sentiment d'avoir été une personne importante, sans égard au montant qui se trouvait dans mon compte. Maintenant que je suis à la retraite, je me rends à vélo rencontrer mon conseiller pour entre autres discuter des façons de bien gérer mes placements afin d'en profiter le plus longtemps possible, tout en réduisant au maximum l'impôt à payer. »

Si, à l'origine, Françoise était plus à l'aise devant des partitions que devant son portefeuille de placements, les outils et l'encadrement dont elle dispose dorénavant l'aident à se sentir en confiance et à garder le tempo! Fière d'avoir réussi à prendre sa retraite à 62 ans, elle se sait bien entourée et est heureuse de pouvoir soutenir ses enfants plutôt que de devoir s'appuyer sur eux. « Je sens que je vais vivre une vie qui me convient. Je suis présente dans la vie de mes enfants et de mes petits-enfants, et rassurée qu'ils puissent compter sur ce que je leur léguerai quand je ne serai plus là. Je prévois même pouvoir m'offrir un voyage de temps en temps! C'est agréable d'avoir investi en soi! »

En savoir plus sur la planification de votre succession

Autres témoignages