Choisir vos paramètres
Choisir votre langue
Nouvelles économiques Québec et Ontario

Forte hausse de l’emploi en septembre au Québec

6 octobre 2023
Florence Jean-Jacobs
Économiste principale

Faits Saillants

  • Il s’est créé 38 700 emplois au Québec en septembre, la plus forte augmentation mensuelle depuis janvier 2023.
  • Le Québec maintient le plus bas taux de chômage au pays à 4,4 % en septembre. Il a toutefois légèrement augmenté par rapport au niveau de 4,3 % du mois d’août.
  • La population active enregistre son plus important gain (+47 400) depuis février 2022.
  • Au troisième trimestre de 2023, il s’est créé 45 000 emplois, dont 17 200 emplois dans le secteur public et 26 000 dans le secteur privé par rapport au trimestre précédent.
  • La croissance annuelle du salaire horaire moyen s’est accélérée pour un deuxième mois d’affilée (passant de 3,4 % en août à 4,2 % en septembre). 

Commentaires

En septembre, l’emploi a accéléré la croissance entamée en août (+14 800) au Québec.   

Contrairement au Canada, où les gains sont attribuables principalement à l’emploi à temps partiel, le Québec a ajouté 23 500 emplois à temps plein et 15 100 à temps partiel.  

Les services d’enseignement ont crû, ajoutant 10 700 emplois en septembre, et contribuant à la croissance des emplois du secteur public (+16 700). Les secteurs du commerce de gros et de détail (+25 600), de la fabrication (+15 700) et de l’hébergement et la restauration (+11 300) ont aussi connu des gains appréciables. Des pertes d’emplois ont été enregistrées dans le transport et l’entreposage (-8 100) et les soins de santé (-5 500), notamment. Le nombre de travailleurs autonomes a également fortement diminué (-17 500). 

Implications

La vigueur du marché du travail étonne dans un contexte où la détérioration d’autres indicateurs économiques est palpable (notamment le PIB Lien externe au site. S'ouvre dans une nouvelle fenêtre. qui s’est contracté de 1,9 % au deuxième trimestre). Même si les variations mensuelles de l’emploi doivent être interprétées avec prudence, la croissance du troisième trimestre laisse croire que l’effet des hausses de taux d’intérêt ne s’est pas encore pleinement transmis au marché du travail québécois pour le moment. Ce regain de vigueur sera probablement passager et les résultats à venir seront déterminants pour la trajectoire de l’économie.