Choisir vos paramètres
Choisir votre langue
Point de vue économique

Échéance des prêts CUEC : ce que vous devez savoir sur les répercussions économiques et budgétaires

18 janvier 2024
Randall Bartlett, directeur principal, économie canadienne et Florence Jean-Jacobs, économiste principale

  • Quelque 900 000 entreprises ont reçu un prêt du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC), et près de 575 000 d’entre elles ont bénéficié d’une majoration de leur financement. Au total, 49,2 G$ de fonds ont été approuvés. Plus de la moitié des entreprises au Canada ont bénéficié de ce prêt, et cette proportion est encore plus grande pour les plus petites et celles du secteur de l’hébergement et de la restauration.
  • Bien que le remboursement complet au 18 janvier 2024 donne droit à un montant subventionné (jusqu’à 33 % ou 20 000 $), plus du quart des compagnies détenant le prêt CUEC n’apparaissent pas en mesure de respecter cette échéance. Il est donc probable qu’une part importante des prêts en cours soit transformée en prêts à 5 % d’intérêt annuel sur trois ans qui devront être repayés en totalité à la fin de 2026. 
  • Les prêts CUEC ont appuyé les petites entreprises canadiennes durant la pandémie, stimulant le PIB réel et l’emploi, qui ont atteint des niveaux plus élevés qu’ils ne l’auraient été autrement. Il en a été de même pour l’inflation et les taux d’intérêt. Si on regarde vers l'avenir, comparativement à un scénario où ces prêts étaient exonérés par le gouvernement fédéral, le niveau de l'emploi sera inférieur de 85 000 à la fin de 2026, selon nos estimations. Toutefois, l’inflation et les taux d’intérêt seront plus bas également, offrant un certain soulagement à la population canadienne. 
  • Nous anticipons une incidence budgétaire minime à court terme du programme CUEC. En fait, le gouvernement fédéral repousse à la fin de 2026 le risque à la baisse sur l’équilibre budgétaire. Nos prévisions pour le déficit fédéral restent donc inchangées. Cela dit, si le gouvernement fédéral en venait à exonérer les prêts CUEC non remboursés, il contribuerait à des déficits et à une dette matériellement plus élevés, générant une pression à la hausse supplémentaire sur les taux d’intérêt. 

Lire la publication Indicateurs économiques de la semaine du 18 au 22 juillet 2022

Consultez l'étude complète en format PDF.