Dédale inc. – Rencontre avec Xavier Godmaire, président de Laserax

Dédale inc. – Rencontre avec Xavier Godmaire, président de Laserax (2 min 49 s)

Ajoutée le 17 mai 2021

Résumé de la vidéo
Xavier Godmaire, président de Laserax, présente son parcours entrepreneurial et parle de ce que sa relation avec l'équipe de Desjardins Capital a apporté à son entreprise.

  

Voir toutes les vidéos

Dédale inc. – Rencontre avec Xavier Godmaire, président de Laserax (2 min 49 s)

Ajoutée le 17 mai 2021 | Mouvement Desjardins

Note : Les informations placées entre crochets décrivent le contenu visuel et audio de la vidéo autre que le dialogue ou la narration.

[Mise en contexte : La vidéo présente l'entreprise Laserax. Tout au long de la vidéo, Xavier Godmaire, président de Laserax, répond à différentes questions.]

[Musique d'ambiance]

[Texte à l'écran : logo DÉDALE inc.]

[Une bille se déplace dans un jeu de labyrinthe. Xavier est en train d'y jouer. Il perd la partie et s'exclame avec déception.]

[Texte à l'écran : Rencontre avec Xavier Godmaire, président de Laserax]

[Xavier s'assoit sur un tabouret devant un fond jaune et sourit. Il est dans son entrepôt. L'alvéole du logo de Desjardins apparaît à gauche, au-dessus de Xavier.]

Xavier : Je m'appelle Xavier Godmaire, président de Laserax.

[Texte à l'écran : Pourquoi se lancer en affaires?]

Xavier : La question qu'on s'est posée, c'est : « Pourquoi pas? » C'est pas : « Pourquoi? »

[Texte à l'écran : Ta motivation?]

Xavier : Conquérir le monde, faire rayonner notre savoir-faire ici, au Québec.

[Texte à l'écran : Bureau ou terrain?]

Xavier : Je suis sur le terrain, mais avec mon bureau dans mon téléphone.

[Xavier remet la bille dans le labyrinthe et commence une autre partie.]

Xavier : OK, let's go!

[Xavier fait tomber la bille dans un trou.]

Xavier : Eh boy

[Texte à l'écran : Ça fait quoi, Laserax? Des sabres laser?!]

Xavier : On fait du marquage laser, et on fait aussi du nettoyage laser. Notre mission, c'est d'aider nos clients à améliorer le monde à travers nos solutions laser innovantes.

[Texte à l'écran : Tu t'es lancé avec ton ami Alex. Comment ça s'est passé?]

Xavier : C'est deux chums autour d'un Général Tao qui se disent : « All in, et pas de plan B! »

[Texte à l'écran : L'innovation, c'est important?]

Xavier : C'est identitaire. Ce n'est même pas débattable chez Laserax, la place que l'innovation prend. Le but, c'est toujours d'être les meilleurs dans les marchés qu'on vise.

[Xavier commence une nouvelle partie de labyrinthe.]

Xavier : Bon, là, je vais l'avoir!

[Xavier se concentre, mais fait tomber la bille dans un trou. Il grimace.]

[Texte à l'écran : Ton plus gros pari?]

Xavier : En 2015, on a fait un quitte ou double. Une aluminerie est venue cogner à notre porte. On a étudié le marché et on s'est dit : « Devenons les meilleurs pour marquer tous les lingots d'aluminium. »

[Texte à l'écran : Ton plus gros défi?]

Xavier : Le plus gros défi, ça a été de trouver comment percer le secteur automobile. Une jeune compagnie, une nouvelle technologie… Ce n'est pas 1 + 1 = 2. Si un de tes investisseurs, c'est Desjardins, pour une jeune entreprise qui essaie de convaincre les joueurs automobiles d'envergure, ça ouvre des portes incroyables de démontrer que tu as une compagnie solide de même dans ton actionnariat.

[Xavier commence une nouvelle partie de labyrinthe.]

Xavier : C'est parti, mon ami!

[La bille se déplace dans le labyrinthe. Xavier perd encore une fois la partie.]

[Texte à l'écran : Pourquoi est-ce que Desjardins Capital vous a fait confiance?]

Xavier : Ils avaient l'impression de voir deux gars passionnés qui avaient un potentiel. Ils ont décidé de miser sur nous en croyant à Laserax, mais surtout aux gars qui étaient en arrière.

[Texte à l'écran : Et vous, qu'est-ce qui vous a convaincus?]

Xavier : On fittait ensemble, ça se voyait! C'est une relation qui outrepasse le lien normal auquel on devrait s'attendre entre une entreprise et un financier. C'est une relation qui est authentique.

[Texte à l'écran : Ça vous apporte quoi, cette relation?]

Xavier : C'est de l'entraide, c'est du partage d'expérience. C'est de la mise en relation avec d'autres entrepreneurs. Ce sont des conseils. Tout est là : les services de change, Desjardins Bank quand tu vas à l'international, le capital de risque, le financement d'actifs, la marge de crédit…

[Texte à l'écran : Quand on ouvre une usine à l'étranger, ça aide?]

Xavier : J'ai parlé à des entrepreneurs qui l'avaient vécu. Ils m'avaient dit : « Le pire cauchemar que tu vas vivre, c'est t'ouvrir un compte en banque. » Moi, ouvrir un compte en banque en Allemagne, ça a pris 30 minutes.

[Texte à l'écran : Desjardins est un partenaire à long terme?]

Xavier : Il n'y a pas de date de péremption sur la relation avec Desjardins comme il pourrait y en avoir une avec un investisseur. Savoir que tu as le bon partenaire à côté de toi et qu'il est capable de te suivre au fur et à mesure que ta compagnie grandit, ça vaut son pesant d'or.

[Texte à l'écran : Et l'avenir?]

Xavier : La suite, c'est devenir un fleuron québécois qui performe, qui grossit, qui devient la référence, le plus gros joueur, le joueur dominant.

[Xavier commence une autre partie. Il bouge le jeu. La bille arrive au point final du labyrinthe. Xavier lève les yeux et sourit.]

Xavier : Quand tu prends ton temps, ça se fait, là, mais…

[Xavier rit.]

[Texte à l'écran : logo Desjardins Entreprises]

[Fin de la musique]

FIN DE LA TRANSCRIPTION TEXTUELLE