Ensemble, on se lance en affaires

Ensemble, on se lance en affaires (2 min 10 s)

Ajoutée le 6 juin 2017

Résumé de la vidéo

Le projet « J'me lance en affaires! » vise à intégrer des élèves de 15 à 17 ans dans toutes les facettes du lancement d’une microentreprise de fabrication de jeux de rondelles, de la création du projet jusqu'à la mise en marché. Le but ultime : motiver les élèves à venir à l'école.

  

Ensemble, on se lance en affaires (2 min 10 s)

Ajoutée le 6 juin 2017 | Mouvement Desjardins

Note : Les informations placées entre crochets décrivent le contenu visuel et audio de la vidéo autre que le dialogue ou la narration.

J'ME LANCE EN AFFAIRES!

ÉCOLE SECONDAIRE DES PATRIOTES-DE-BEAUHARNOIS

MARIE GAUDREAU, ENSEIGNANTE EN ADAPTATION SCOLAIRE, ÉCOLE SECONDAIRE DES PATRIOTES-DE-BEAUHARNOIS

MARIE GAUDREAU

Notre projet, c'est le projet J'me lance en affaires! Ça vise à intégrer les jeunes dans toutes les sphères d'un lancement d'une micro-entreprise, donc de la création du projet jusqu'à la mise en marché.

MARTINE ARSENAULT, ENSEIGNANTE EN ADAPTATION SCOLAIRE, ÉCOLE SECONDAIRE DES PATRIOTES-DE-BEAUHARNOIS

MARTINE ARSENAULT

Cette année, notre projet, c'est de construire des jeux de rondelles. On pensait en faire environ une cinquantaine pis on en a 150 de précommandé.

MARIE GAUDREAU

La réponse, elle a vraiment été excellente là. On ne s'attendait pas à ce que ce soit aussi populaire.

MARTINE ARSENAULT

On a postulé pour le prix de la Fondation Desjardins pour pouvoir équiper notre école avec le matériel de base pour pouvoir faire les jeux. Ça nous a donné un bon coup de pouce pour pouvoir bâtir notre atelier.

MARIE GAUDREAU

Les jeunes, en fait, sont vraiment divisés en îlots de travail puis, naturellement, ceux qui étaient un petit peu plus artistiques sont plus allés vers le côté finition, ceux qui étaient un petit peu plus manuels, à l'assemblage et au perçage.

MARTINE ARSENAULT

Les élèves viennent à l'école trois jours par semaine puis ils vont faire des stages en entreprise pour pouvoir favoriser leur intégration sur le marché du travail. Nos élèves ont entre 15 et 17 ans. Quand ils arrivent sur le marché du travail, ils n'ont pas de technique de travail. Puis c'est aussi des jeunes qui ont eu aussi beaucoup de difficultés à l'école, donc de réaliser un projet du début à la fin, Ils sont fiers d'eux, ils sont bons là-dedans. Ils ont les récompenses aussi qui viennent avec ça. On a eu une sortie à date qu'on a déjà fait qui a été financé exclusivement par cette vente-là.

MARIE GAUDREAU

Au début, on avait vraiment besoin beaucoup de les accompagner, puis depuis les derniers mois, on pourrait presque ne pas être là. Puis ils seraient super autonomes dans l'atelier, puis ils sont super responsables, ça fait vraiment chaud au cœur de les voir comme ça.

MARTINE ARSENAULT

Le but du projet aussi, c'est de motiver les élèves à venir à l'école. C'est sûr qu'en faisant des projets comme ça, les élèves rentrent dans la classe le matin puis ils nous disent « C'est quand l'atelier, quand est-ce que je vais pouvoir venir ? ». Ça fait que, pour nous, ça nous permet aussi de voir qu'ils vont aller jusqu'au bout de quelque chose.

MARIE GAUDREAU

De les voir aussi s'épanouïr , travailler en équipe, ça m'apporte vraiment une grande fierté.

MARTINE ARSENAULT

Je veux que mes élèves se trouvent bons, je veux qu'ils soient contents de venir à l'école, je veux qu'ils se sentent bien à l'école. Puis avec ce projet-là, bien on le voit pas mal à chaque jour.

ÊTRE MEMBRE DESJARDINS, C'EST CONTRIBUER À LA RÉUSSITE DE JEUNES

FIN DE LA TRANSCRIPTION TEXTUELLE