Soutenir les Auberges du Cœur à travers la province

Soutenir les Auberges du Cœur à travers la province (1 min 12 s)

Ajoutée le 17 octobre 2017

Résumé de la vidéo
Chaque année, les Auberges du cœur aident 3 500 jeunes de 12 à 30 ans en difficulté et sans abri. Se mobiliser pour les soutenir, c'est aussi ça la différence Desjardins!

  

Voir toutes les vidéos

Soutenir les Auberges du Cœur à travers la province (1 min 12 s)

Ajoutée le 17 octobre 2017 | Mouvement Desjardins

La différence Desjardins – Auberges du cœur

Note : Les informations placées entre crochets décrivent le contenu visuel et audio de la vidéo autre que le dialogue ou la narration.

[Texte à l'écran : La différence Desjardins No 06]
[Image à l'écran : mosaïque de photos en noir et blanc des intervenants]
[Musique en arrière-plan : piano et voix]

[Texte à l'écran : Chaque année, les Auberges du cœur aident 3 500 jeunes de 12 à 30 ans en difficulté et sans abri.]
[Image à l'écran : Auberge du cœur]

Josiane Despins : Ce sont des jeunes qui vivent différentes problématiques, mais qui, surtout, sont à risque d'itinérance.

[Texte à l'écran : Josiane Despins Coordonnatrice terrain]

Jacqueline Gagnon : S'ils viennent ici, c'est parce qu'ils sont prêts à s'en sortir.

[Texte à l'écran : Jacqueline Gagnon Intervenante] [Image en surimpression d'un pictogramme représentant un piéton courant vers une porte de sortie]
[Audio : pas de course]

Marianne Lemay : Quand on arrive à l'Auberge du cœur, on n'a pas confiance en personne, on n'a plus confiance, on a été blessé trop de fois.

[Texte à l'écran : Marianne Lemay Ancienne résidente]

Olivier Grenier Forcier : Il n'y a pas de jugement ici, là, nous autres on te prend comme tu es.

[Texte à l'écran : Olivier Grenier Forcier Intervenant]

Josiane Despins : Notre but c'est de recréer des liens avec eux pour qu'ils puissent mieux intégrer la société (…)

[Image en surimpression de cinq bras qui s'entrecroisent, chaque main posée sur le poignet de l'autre]

Marianne Lemay : Les intervenants, bien au fil du temps, ils m'ont fait jaser puis je me suis intégrée, puis maintenant bien, je tiens beaucoup à eux autres.

[Texte à l'écran : Je me suis intégrée]

Olivier Grenier Forcier : Il y en a des jeunes qui arrivent ici avec aucune carte.

Joanie Côté : Si on n'a pas de carte d'assurance maladie, de certificat de naissance, on ne va pas bien bien loin.

[Texte à l'écran : Joanie Côté Intervenante]

Jacqueline Gagnon : Pour faire venir la carte d'assurance maladie ça prend un certificat de naissance. Pour faire venir un certificat de naissance, ça prend la carte d'assurance maladie (…)

[Image en surimpression de feuilles qui s'empilent devant l'intervenante jusqu'à ce qu'elle disparaisse derrière des piles de papier] [Audio : feuilles de papier qui s'empilent]

Olivier Grenier Forcier : Il y a beaucoup de paperasse, donc c'est important aussi de prendre le temps de le faire avec le jeune.

[Image en surimpression de feuilles qui emplissent l'écran, puis deux main qui ouvrent une fenêtre laissant voir le visage de l'intervenant]

Marianne Lemay : On apprend à être autonome. Ils sont là, ils nous expliquent, ils nous aident (…)

[Texte à l'écran : Être autonome]

Joanie Côté : Allez-y, vous êtes capables, puis lâchez pas!

[Image en surimpression de mots d'encouragement]
[Audio : acclamations]

Jacqueline Gagnon : Oui, on apporte beaucoup aux jeunes, mais les jeunes nous en apportent beaucoup aussi.

Marianne Lemay : Aujourd'hui je crois en moi, comme eux ont cru en moi.

[Texte à l'écran : Se mobiliser pour les Auberges du cœur]

[Texte à l'écran : C'est ça, la différence Desjardins]

[Musique en arrière-plan : piano et voix]

[Image à l'écran : logo Desjardins]
[Audio : ritournelle Desjardins]

[FIN DE LA TRANSCRIPTION TEXTUELLE]