Concrétiser son rêve d'entreprise

Concrétiser son rêve d'entreprise (1 min 42 s)

Ajoutée le 1 novembre 2016

Résumé de la vidéo

Au Québec, l'enjeu de la relève et du transfert d'entreprise est bien réel. Ann-Marie Jobin et son conjoint, Jean-Philip Leblanc, font partie du tiers des entrepreneurs québécois qui ont opté pour cette avenue. Grâce au programme CRÉAVENIR, ils sont devenus copropriétaires de la Bergerie Joblanc. Située à Sainte-Sophie-de-Lévrard au Centre-du-Québec, leur entreprise se spécialise dans la vente d'agnelles reproductrices et de produits d'agneaux transformés.

  

Voir toutes les vidéos

Concrétiser son rêve d'entreprise (1 min 42 s)

Ajoutée le 1 novembre 2016 | Mouvement Desjardins

Note : Les informations placées entre crochets décrivent le contenu visuel et audio de la vidéo autre que le dialogue ou la narration.

[Texte à l'écran : Ensemble, on épaule les entrepreneurs dans la réalisation de leur rêve]

[Musique d'ambiance.]

[Pendant qu'Anne-Marie parle, vue de la bergerie de l'extérieur, puis de l'intérieur : des bottes de foin. Anne-Marie et Jean-Philip nous regardent devant leur maison.]

[Texte à l'écran : Jean-Philip Leblanc et Anne-Marie Jobin Copropriétaires – Bergerie Joblanc]

Anne-Marie Jobin : Être agriculteur, c'est un mode de vie. C'est vraiment... c'est sept jours sur sept, 24 heures sur 24.

[Vue de l'intérieur de la bergerie d'une race de moutons blanc et noir, d'une race de mouton gris, et des bébés moutons tout blancs.]

Anne-Marie Jobin : Nous, dans le fond, on se spécialise dans la production d'agnelles F1. Donc, nous, on fait le croisement entre deux races. Puis, les bébés de ça, nous, c'est vraiment notre produit principal.

[Anne-Marie et Jean-Philip sont assis côte à côte dans leur bergerie. Jean-Philip s'adresse à la caméra.]

Jean-Philip Leblanc : J'ai été élevé sur une ferme laitière.

[On voit Jean-Philip donner du foin aux moutons. Les moutons mangent.]

Jean-Philip Leblanc : Avec 80 vaches en lactation. Puis, le mouton, ben ça reste des êtres vivants, des animaux, un ruminant. C'est un peu différent, mais j'avais en gros la base.

[On voit Jean-Philip lancer une botte de foin sur une pile. Anne-Marie, sur la pile, le regarde faire.]

Anne-Marie Jobin : Il était deux ans plus vieux que moi, puis on étudiait dans le même programme.

Jean-Philip Leblanc : Ouais, puis il était temps parce que, moi, c'était la fin du bac, je finissais.

Anne-Marie Jobin : Il était temps qu'on se rencontre.

Jean-Philip Leblanc : Dernière session...

[On voit Jean-Philip et Anne-Marie sortir de leur bergerie. Anne-Marie s'adresse à la caméra.]

Anne-Marie Jobin : Je savais que j'aimais l'agriculture, mais je ne savais pas trop ce que je voulais faire avec ça.

[On voit Jean-Philip et Anne-Marie marcher dans la bergerie entre deux sections de moutons.]

Anne-Marie Jobin : Puis, à la fin de mon bac, j'ai décidé de rentrer au profil entrepreneurial. Ça n'a pas été long parce que je suis rentrée au profil puis à peine un an après, on achetait la bergerie.

[Vue de l'allée centrale de la bergerie. Vue aérienne d'une région agricole. Vue en plongée de la bergerie.]

Anne-Marie Jobin : On a été chanceux parce qu'on est dans une région qui est vraiment dynamique. Il y a beaucoup d'intervenants, il y a beaucoup d'organismes qui se sont mis tous ensemble pour finalement accepter notre financement.

[Anne-Marie et Jean-Philip sont assis côte à côte dans leur bergerie. Anne-Marie s'adresse à la caméra.]

Anne-Marie Jobin : C'est sûr que les premières réponses qu'on a eues, c'était non. Puis, on a eu « non » plus qu'une fois.

[On va Jean-Philip s'asseoir sur son tracteur et le conduire.]

Anne-Marie Jobin : Desjardins, avec le programme CRÉAVENIR, ils nous ont donné un prêt sur cinq ans, avec une partie qui est convertible en subventions. C'était le financement qui nous manquait.

[Anne-Marie et Jean-Philip sont assis côte à côte dans leur bergerie. Vue de Jean-Philip qui recule son tracteur dans un garage. Anne-Marie s'adresse à la caméra.]

Anne-Marie Jobin : Puis, si on enlève CRÉAVENIR, on n'aurait probablement pas de marges...

[On voit Anne-Marie et Jean-Philip rentrer dans la bergerie Des moutons se déplacent à l'intérieur.]

Anne-Marie Jobin : Ça va très bien, on a… C'est au-delà de nos attentes, au-delà de nos prévisions dans notre plan d'affaires. L'année passée, on a vendu 340 agneaux.

[Anne-Marie et Jean-Philip sont assis côte à côte dans leur bergerie. Anne-Marie s'adresse à la caméra.]

Anne-Marie Jobin : Là, notre objectif, ça serait de se rendre à 400.

[Vue du tracteur dans le garage. Ses phares s'éteignent.]

[Texte à l'écran : Être membre, c'est contribuer à changer les choses. Merci.]

[Image à l'écran : logo Desjardins. Coopérer pour créer l'avenir]

FIN DE LA TRANSCRIPTION TEXTUELLE