Choisir la province (Canada) ou l'État (États-Unis), et la langue.

Services en ligne – AccèsD, AccèsD Affaires, courtage en ligne, courtage de plein exercice.

Se connecter aux services en ligne de Desjardins.
 

Vous êtes ici : Accueil > Particuliers > Gestion de patrimoine > Vos besoins – Gérer vos avoirs à la retraite

Votre navigateur est configuré pour refuser les fichiers témoins (cookies). Certaines parties du site pourraient ne pas fonctionner correctement ou ne pas être disponibles. Certaines informations présentées pourraient aussi s'adresser à d'autres utilisateurs que vous.
Voir la procédure pour activer les cookies

La version de votre fureteur n'est pas supportée par le site. Certaines parties du site pourraient ne pas fonctionner correctement ou ne pas être disponibles.
Voir la procédure pour mettre votre fureteur à jour

Le navigateur Microsoft Edge provoque des problèmes dans AccèsD. Pour corriger la situation, veuillez installer la plus récente mise à jour de Windows.

Gestion de patrimoine

Vos besoins

Gérer vos avoirs à la retraite

Gérer vos avoirs à la retraite. Vous êtes :

  • Chaque année, révisez votre plan de retraite en fonction des changements survenus dans votre vie :
    • Facteurs personnels
      • Style de vie différent de celui planifié
      • Séparation ou divorce
      • Décès prématuré du conjoint
      • Maladie grave
      • Perte d'autonomie
      • Augmentation des coûts liés à la santé et aux médicaments
      • Hébergement en résidence spécialisée
    • Facteurs financiers
      • Faible rendement des placements garantis et des titres boursiers ou obligataires
      • Forte volatilité des marchés
      • Érosion de votre pouvoir d'achat due à l'inflation
  • Ajustez chaque année votre budget de retraite
    • Variation de vos sources de revenus
      • Régime de pension de votre ancien employeur
      • Régimes gouvernementaux
      • Avoirs personnels (REER, FERR, FRV, CELI, placements non enregistrés)
      • Loyers de votre immeuble locatif
      • Rémunération (travail à temps partiel, consultation ou autres)
    • Dépenses imprévues
      • Soins de santé complémentaires (ex. : orthèses, thérapeutes, etc.)
      • Hébergement spécialisé
      • Augmentation du coût des soins de santé (ex. : médicaments)
      • Impôt sur votre rémunération ou sur les revenus provenant du FERR ou du FRV
    • Si vous avez un conjoint, produisez un budget qui en tient compte.
  • Consolidez dans une même institution financière l'ensemble de vos avoirs pour :
    • en simplifier la gestion et en faciliter le suivi
    • bénéficier de réductions de frais.
  • Continuez de faire fructifier vos placements pour :
    • assurer la longévité de votre capital
    • préserver votre capital
    • contrer l'effet de l'inflation.
  • Diversifiez votre portefeuille en :
    • évitant de choisir seulement des épargnes à terme ou des CPG
    • profitant des rendements des marchés obligataires et boursiers
    • investissant dans des produits fiscalement avantageux qui assurent une transition harmonieuse au moment de la retraite : portefeuilles Chorus II avec option de revenu
    • combinant placement lié aux marchés boursiers et contrôle du risque, avec le portefeuille garanti Zénitude
    • optant pour un produit qui vous procure un revenu, comme le portefeuille garanti Zénitude – Option de revenu.
    • maximisant votre patrimoine à l'abri de l'impôt grâce à une assurance vie universelle (Protection décès avec épargne Vision1)
  • Si vos revenus de pension sont suffisants, transformez vos REER en fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou en rente au plus tard le 31 décembre de l'année de vos 71 ans.
  • Minimisez le montant du retrait annuel obligatoire du FERR en le basant sur l'âge du conjoint le plus jeune.
  • Puisez dans vos comptes non enregistrés et laissez votre épargne enregistrée croître à l'abri de l'impôt.
  • Minimisez l'impôt à la retraite.
    • Transformez une partie de votre REER en FERR et bénéficiez du crédit d'impôt pour revenu de pension (2 000 $ au fédéral à compter de 65 ans).
    • Cotisez le maximum au CELI.
    • Fractionnez votre revenu de retraite avec votre conjoint.
    • Optimisez les crédits d'impôt pour frais médicaux et pour personnes handicapées et profitez du crédit d'impôt pour aidant naturel.
  • Tirez pleinement parti des régimes gouvernementaux.
    • Rentes de retraite de la Régie des rentes du Québec (RRQ) ou du Régime de pensions du Canada (RPC)
      • Attention à la réduction de la rente si vous la demandez avant 65 ans.
      • Bonification de la rente si vous la demandez entre 65 ans et 70 ans.
      • Possibilité de diviser la rente avec le conjoint.
    • Pension de la Sécurité de la vieillesse (PSV)
  • Obligation de remboursement si vos revenus sont trop élevés.
  • Pour contrer les imprévus liés à votre santé, considérez les options d'assurance qui s'offrent à vous :
    • Assurance soins de longue durée
      • Rente mensuelle non imposable en cas de perte d'autonomie
      • Liberté totale d'utilisation des montants reçus
    • Assurance vie universelle
      • Possibilité de retirer de l'épargne sans payer d'impôt en cas d'invalidité, de maladie grave, d'intervention chirurgicale ou de perte d'autonomie
  • Séjour inférieur à 6 mois
    • Vous êtes soumis aux règles fiscales du Canada et peut-être aussi à celles de votre pays d'accueil.
    • Après 6 mois à l'extérieur, le régime d'assurance-maladie de votre province ne vous couvre plus.
  • Retraite permanente hors du pays
    • Vous devez suivre les règles de l'Agence du revenu du Canada et de votre nouveau pays de résidence.
    • Quitter le pays ne signifie pas automatiquement que vous n'y résidez plus.
    • Des impôts seront retenus à la source si vous touchez des revenus de source canadienne et des situations pourraient tout de même vous obliger à produire une déclaration de revenus.
  • Quelle que soit la durée de votre séjour à l'étranger, prenez ces mesures additionnelles :
    • Souscrivez des protections d'assurance voyage (en cas d'accident ou problème de santé).
    • Prévoyez une assurance dommages et une assurance responsabilité.
    • Prenez garde au risque lié à la fluctuation des taux de change sur vos revenus de retraite.
  • Chaque année, révisez votre plan de retraite en fonction des changements survenus dans votre vie :
    • Facteurs personnels
      • Style de vie différent de celui planifié
      • Réduction d'activités au lieu de l'arrêt complet planifié initialement
      • Séparation ou divorce
      • Décès prématuré du conjoint
      • Maladie grave
      • Perte d'autonomie
      • Augmentation des coûts liés à la santé et aux médicaments
      • Hébergement en résidence spécialisée
    • Facteurs financiers
      • Faible rendement des placements garantis et des titres boursiers ou obligataires
      • Forte volatilité des marchés
      • Érosion de votre pouvoir d'achat due à l'inflation
  • Ajustez chaque année votre budget de retraite
    • Variation de vos sources de revenus
      • Honoraires de consultation
      • Régime de pension de votre ancien employeur
      • Régimes gouvernementaux
      • Avoirs personnels (REER, FERR, FRV, CELI, placements non enregistrés)
      • Loyers de votre immeuble locatif
      • Rémunération (travail à temps partiel, consultation ou autres)
    • Dépenses imprévues
      • Renouvellement de permis ou cotisation à un regroupement professionnel
      • Soins de santé complémentaires (ex. : orthèses, thérapeutes, etc.)
      • Hébergement spécialisé
      • Augmentation du coût des soins de santé (ex. : médicaments)
      • Impôt sur votre rémunération ou sur les revenus provenant du FERR ou du FRV
    • Si vous avez un conjoint, produisez un budget qui en tient compte.
  • Consolidez dans une même institution financière l'ensemble de vos avoirs pour :
    • en simplifier la gestion et en faciliter le suivi
    • bénéficier de réductions de frais.
  • Continuez de faire fructifier vos placements pour :
    • assurer la longévité de votre capital
    • préserver votre capital
    • contrer l'effet de l'inflation.
  • Diversifiez votre portefeuille en :
    • évitant de choisir seulement des épargnes à terme ou des CPG
    • profitant des rendements des marchés obligataires et boursiers
    • investissant dans des produits fiscalement avantageux qui assurent une transition harmonieuse au moment de la retraite : portefeuilles Chorus II
    • combinant placement lié aux marchés boursiers et contrôle du risque, avec le portefeuille garanti Zénitude
    • optant pour un produit qui vous procure un revenu, comme le portefeuille garanti Zénitude – Option de revenu.
    • maximisant la valeur de votre patrimoine à l'abri de l'impôt grâce à une assurance vie universelle (Protection Décès avec épargne Vision1)
  • Si vous n'avez pas droit aux prestations provenant d'un régime de pension d'employeur ou d'un régime de retraite individuel (RRI), envisagez l'acquisition d'une rente viagère avec une partie de votre capital pour toucher un revenu minimal garanti, indépendant du rendement de votre portefeuille.
  • Si vos revenus de pension sont suffisants, transformez vos REER en fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou en rente au plus tard le 31 décembre de l'année de vos 71 ans.
  • Minimisez le montant du retrait annuel obligatoire du FERR en le basant sur l'âge du conjoint le plus jeune.
  • Puisez dans vos comptes non enregistrés et laissez votre épargne enregistrée croître à l'abri de l'impôt.
  • Minimisez l'impôt à la retraite.
    • Transformez une partie de votre REER en FERR et bénéficiez du crédit d'impôt pour revenu de pension (2 000 $ au fédéral à compter de 65 ans).
    • Cotisez le maximum au CELI.
    • Fractionnez votre revenu de retraite avec votre conjoint.
    • Optimisez les crédits d'impôt pour frais médicaux et pour personnes handicapées et profitez du crédit d'impôt pour aidant naturel.
  • Tirez pleinement parti des régimes gouvernementaux.
    • Rentes de retraite de la Régie des rentes du Québec (RRQ) ou du Régime de pensions du Canada (RPC)
      • Attention à la réduction de la rente si vous la demandez avant 65 ans.
      • Bonification de la rente si vous la demandez entre 65 ans et 70 ans.
      • Possibilité de diviser la rente avec le conjoint.
    • Pension de la Sécurité de la vieillesse (PSV)
      • Obligation de remboursement si vos revenus sont trop élevés.
    • Supplément de revenu garanti (SRG)
      • Le demander en même temps que la PSV.
      • Admissibilité en fonction du revenu familial.

Pour contrer les imprévus liés à votre santé, considérez les options d'assurance qui s'offrent à vous :

  • Assurance soins de longue durée
    • Rente mensuelle non imposable en cas de perte d'autonomie
    • Liberté totale d'utilisation des montants reçus
  • Assurance vie universelle
    • Possibilité de retirer de l'épargne sans payer d'impôt en cas d'invalidité, de maladie grave, d'intervention chirurgicale ou de perte d'autonomie
  • Séjour inférieur à 6 mois
    • Vous êtes soumis aux règles fiscales du Canada et peut-être aussi à celles de votre pays d'accueil.
    • Après 6 mois à l'extérieur, le régime d'assurance-maladie de votre province ne vous couvre plus.
  • Retraite permanente hors du pays
    • Vous devez suivre les règles de l'Agence du revenu du Canada et de votre nouveau pays de résidence.
    • Quitter le pays ne signifie pas automatiquement que vous n'y résidez plus.
    • Des impôts seront retenus à la source si vous touchez des revenus de source canadienne et des situations pourraient tout de même vous obliger à produire une déclaration de revenus.
  • Quelle que soit la durée de votre séjour à l'étranger, prenez ces mesures additionnelles :
    • Souscrivez des protections d'assurance voyage (en cas d'accident ou problème de santé).
    • Prévoyez une assurance dommages et une assurance responsabilité.
    • Prenez garde au risque lié à la fluctuation des taux de change sur vos revenus de retraite.
  • Chaque année, révisez votre plan de retraite en fonction des changements survenus dans votre vie :
    • Facteurs personnels
      • Style de vie différent de celui planifié
      • Séparation ou divorce
      • Décès prématuré du conjoint
      • Maladie grave
      • Perte d'autonomie
      • Augmentation des coûts liés à la santé et aux médicaments
      • Hébergement en résidence spécialisée
    • Facteurs financiers
      • Faible rendement des placements garantis et des titres boursiers ou obligataires
      • Forte volatilité des marchés
      • Érosion de votre pouvoir d'achat due à l'inflation
  • Ajustez chaque année votre budget de retraite
    • Variation de vos sources de revenus
      • Régime de pension de votre ancien employeur
      • Régimes gouvernementaux
      • Avoirs personnels (REER, FERR, FRV, CELI, placements non enregistrés)
      • Loyers de votre immeuble locatif
      • Rémunération (travail à temps partiel, consultation ou autres)
    • Dépenses imprévues
      • Privilèges auparavant offerts par l'employeur et que vous souhaitez maintenir (ex. : automobile de luxe, adhésion à des associations)
      • Soins de santé complémentaires (ex. : orthèses, thérapeutes, etc.)
      • Hébergement spécialisé
      • Augmentation du coût des soins de santé (ex. : médicaments)
      • Impôt sur votre rémunération ou sur les revenus provenant du FERR ou du FRV
    • Si vous avez un conjoint, produisez un budget qui en tient compte.
  • Consolidez dans une même institution financière l'ensemble de vos avoirs pour :
    • en simplifier la gestion et en faciliter le suivi
    • bénéficier de réductions de frais.
  • Continuez de faire fructifier vos placements pour :
    • assurer la longévité de votre capital
    • préserver votre capital
    • contrer l'effet de l'inflation.
  • Diversifiez votre portefeuille en :
    • évitant de choisir seulement des épargnes à terme ou des CPG
    • profitant des rendements des marchés obligataires et boursiers
    • investissant dans des produits fiscalement avantageux qui assurent une transition harmonieuse au moment de la retraite : portefeuilles Chorus II avec option de revenu
    • combinant placement lié aux marchés boursiers et contrôle du risque, avec le portefeuille garanti Zénitude
    • optant pour un produit qui vous procure un revenu, comme le portefeuille garanti Zénitude – Option de revenu.
    • maximisant votre patrimoine à l'abri de l'impôt grâce à une assurance vie universelle (Protection Décès avec épargne Vision1)
  • Rappelez-vous que tout retrait d'un régime de participation différée aux bénéfices (RPDB), le cas échéant, s'ajoute à vos revenus de pension et subit le même traitement fiscal.
  • Prévoyez l'imposition d'un éventuel gain en capital résultant de la vente des actions acquises grâce aux options d'achat dont votre ancien employeur vous faisait bénéficier (avoirs non enregistrés).
  • Si vos revenus de pension sont suffisants, transformez vos REER en fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou en rente au plus tard le 31 décembre de l'année de vos 71 ans.
  • Minimisez le montant du retrait annuel obligatoire du FERR en le basant sur l'âge du conjoint le plus jeune.
  • Puisez dans vos comptes non enregistrés et laissez votre épargne enregistrée croître à l'abri de l'impôt.
  • Minimisez l'impôt à la retraite.
    • Transformez une partie de votre REER en FERR et bénéficiez du crédit d'impôt pour revenu de pension (2 000 $ au fédéral à compter de 65 ans).
    • Cotisez le maximum au CELI.
    • Fractionnez votre revenu de retraite avec votre conjoint.
    • Optimisez les crédits d'impôt pour frais médicaux et pour personnes handicapées et profitez du crédit d'impôt pour aidant naturel.
  • Tirez pleinement parti des régimes gouvernementaux.
    • Rentes de retraite de la Régie des rentes du Québec (RRQ) ou du Régime de pensions du Canada (RPC)
      • Attention à la réduction de la rente si vous la demandez avant 65 ans.
      • Bonification de la rente si vous la demandez entre 65 ans et 70 ans.
      • Possibilité de diviser la rente avec le conjoint.
    • Pension de la Sécurité de la vieillesse (PSV)
      • Obligation de remboursement si vos revenus sont trop élevés.
  • Pour contrer les imprévus liés à votre santé, considérez les options d'assurance qui s'offrent à vous :
    • Assurance soins de longue durée
      • Rente mensuelle non imposable en cas de perte d'autonomie
      • Liberté totale d'utilisation des montants reçus
    • Assurance vie universelle
      • Possibilité de retirer de l'épargne sans payer d'impôt en cas d'invalidité, de maladie grave, d'intervention chirurgicale ou de perte d'autonomie
  • Séjour inférieur à 6 mois
    • Vous êtes soumis aux règles fiscales du Canada et peut-être aussi à celles de votre pays d'accueil.
    • Après 6 mois à l'extérieur, le régime d'assurance-maladie de votre province ne vous couvre plus.
  • Retraite permanente hors du pays
    • Vous devez suivre les règles de l'Agence du revenu du Canada et de votre nouveau pays de résidence.
    • Quitter le pays ne signifie pas automatiquement que vous n'y résidez plus.
    • Des impôts seront retenus à la source si vous touchez des revenus de source canadienne et des situations pourraient tout de même vous obliger à produire une déclaration de revenus.
  • Quelle que soit la durée de votre séjour à l'étranger, prenez ces mesures additionnelles :
    • Souscrivez des protections d'assurance voyage (en cas d'accident ou problème de santé).
    • Prévoyez une assurance dommages et une assurance responsabilité.
    • Prenez garde au risque lié à la fluctuation des taux de change sur vos revenus de retraite.
  • Chaque année, révisez votre plan de retraite en fonction des changements survenus dans votre vie :
    • Facteurs personnels
      • Style de vie différent de celui planifié
      • Séparation ou divorce
      • Décès prématuré du conjoint
      • Maladie grave
      • Perte d'autonomie
      • Augmentation des coûts liés à la santé et aux médicaments
      • Hébergement en résidence spécialisée
    • Facteurs financiers
      • Faible rendement des placements garantis et des titres boursiers ou obligataires
      • Forte volatilité des marchés
      • Érosion de votre pouvoir d'achat due à l'inflation
  • Ajustez chaque année votre budget de retraite
    • Variation de vos sources de revenus
      • Résultat de la vente de votre entreprise
      • Éventuel défaut de paiement de l'acheteur
      • Dividendes de vos actions moindres que prévu
      • Régime de pension de votre entreprise
      • Régimes gouvernementaux
      • Avoirs personnels (REER, FERR, FRV, CELI, placements non enregistrés)
      • Loyers de votre immeuble locatif
      • Rémunération (travail à temps partiel, consultation ou autres)
    • Dépenses imprévues
      • Soins de santé complémentaires (ex. : orthèses, thérapeutes, etc.)
      • Hébergement spécialisé
      • Augmentation du coût des soins de santé (ex. : médicaments)
      • Impôt sur votre rémunération ou sur les revenus provenant du FERR ou du FRV
    • Si vous avez un conjoint, produisez un budget qui en tient compte.
  • Consolidez dans une même institution financière l'ensemble de vos avoirs pour :
    • en simplifier la gestion et en faciliter le suivi
    • bénéficier de réductions de frais.
  • Continuez de faire fructifier vos placements pour :
    • assurer la longévité de votre capital
    • préserver votre capital
    • contrer l'effet de l'inflation.
  • Diversifiez votre portefeuille en :
    • évitant de choisir seulement des épargnes à terme ou des CPG
    • profitant des rendements des marchés obligataires et boursiers
    • investissant dans des produits fiscalement avantageux qui assurent une transition harmonieuse au moment de la retraite : portefeuilles Chorus II avec option de revenu
    • combinant placement lié aux marchés boursiers et contrôle du risque, avec le portefeuille garanti Zénitude
    • optant pour un produit qui vous procure un revenu, comme le portefeuille garanti Zénitude – Option de revenu.
    • maximisant votre patrimoine à l'abri de l'impôt grâce à une assurance vie universelle (Protection Décès avec épargne Vision1)
  • Si vous n'avez pas droit aux prestations d'un régime de retraite individuel (RRI) ou d'un fonds de pension, envisagez l'acquisition d'une rente viagère avec une partie de votre capital pour toucher un revenu minimal garanti, indépendant du rendement de votre portefeuille.
  • Rappelez-vous que tout retrait d'un régime de participation différée aux bénéfices (RPDB), le cas échéant, s'ajoute à vos revenus de pension et subit le même traitement fiscal.
  • Si vos revenus de pension sont suffisants, transformez vos REER en fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou en rente au plus tard le 31 décembre de l'année de vos 71 ans.
  • Minimisez le montant du retrait annuel obligatoire du FERR en le basant sur l'âge du conjoint le plus jeune.
  • Puisez dans vos comptes non enregistrés et laissez votre épargne enregistrée croître à l'abri de l'impôt.
  • Minimisez l'impôt à la retraite.
    • Transformez une partie de votre REER en FERR et bénéficiez du crédit d'impôt pour revenu de pension (2 000 $ au fédéral à compter de 65 ans).
    • Cotisez le maximum au CELI.
    • Fractionnez votre revenu de retraite avec votre conjoint.
    • Optimisez les crédits d'impôt pour frais médicaux et pour personnes handicapées et profitez du crédit d'impôt pour aidant naturel.
  • Tirez pleinement parti des régimes gouvernementaux.
    • Rentes de retraite de la Régie des rentes du Québec (RRQ) ou du Régime de pensions du Canada (RPC)
      • Attention à la réduction de la rente si vous la demandez avant 65 ans.
      • Bonification de la rente si vous la demandez entre 65 ans et 70 ans.
      • Possibilité de diviser la rente avec le conjoint.
    • Pension de la Sécurité de la vieillesse (PSV)
      • Obligation de remboursement si vos revenus sont trop élevés.
  • Pour contrer les imprévus liés à votre santé, considérez les options d'assurance qui s'offrent à vous :
    • Assurance soins de longue durée
      • Rente mensuelle non imposable en cas de perte d'autonomie
      • Liberté totale d'utilisation des montants reçus
    • Assurance vie universelle
      • Possibilité de retirer de l'épargne sans payer d'impôt en cas d'invalidité, de maladie grave, d'intervention chirurgicale ou de perte d'autonomie
  • Séjour inférieur à 6 mois
    • Vous êtes soumis aux règles fiscales du Canada et peut-être aussi à celles de votre pays d'accueil.
    • Après 6 mois à l'extérieur, le régime d'assurance-maladie de votre province ne vous couvre plus.
  • Retraite permanente hors du pays
    • Vous devez suivre les règles de l'Agence du revenu du Canada et de votre nouveau pays de résidence.
    • Quitter le pays ne signifie pas automatiquement que vous n'y résidez plus.
    • Des impôts seront retenus à la source si vous touchez des revenus de source canadienne et des situations pourraient tout de même vous obliger à produire une déclaration de revenus.
  • Quelle que soit la durée de votre séjour à l'étranger, prenez ces mesures additionnelles :
    • Souscrivez des protections d'assurance voyage (en cas d'accident ou problème de santé).
    • Prévoyez une assurance dommages et une assurance responsabilité.
    • Prenez garde au risque lié à la fluctuation des taux de change sur vos revenus de retraite.
  1. Produit de Desjardins Sécurité financière, compagnie d'assurance vie, manufacturier de produits d'assurance vie et santé, et de retraite.

Barre d'outils