Comparer le REER et le CELI

Comparer le REER et le CELI

Le REER et le CELI sont deux régimes enregistrés d’épargne profitables, car ils vous permettent d’accumuler de l’argent à l’abri de l’impôt.

Comparez-les pour voir lequel conviendra le mieux à vos besoins ou, encore, optez pour les deux.

Deux régimes, deux objectifs

REER CELI
Objectif : accumuler des économies à l'abri de l'impôt pour la retraite, tout en diminuant votre revenu imposable au moment de la cotisation. Objectif : accumuler des économies à l'abri de l'impôt pour réaliser des projets tout au long de votre vie.
Est utile par exemple pour :
  • Épargner en vue de la retraite
  • Acheter ou construire sa première résidence
  • Financer ses études
Est utile par exemple pour :
  • Rénover la maison
  • Acheter une voiture
  • Lancer une entreprise
  • Effectuer un voyage
  • Planifier la retraite
Ne peut pas être utilisé comme mise en garantie pour un prêt. Peut être utilisé comme mise en garantie pour un prêt.

Quand cotiser

REER CELI
Période de cotisation : Pour l’année d’imposition 2019, la date limite est le 2 mars 2020. Période de cotisation : Le 31 décembre de l'année en cours.
Âge minimal : il n'y a pas d'âge minimal. Vous devez avoir un revenu gagné pour l’année précédente afin d’accumuler des droits de cotisation. Le revenu gagné inclus, entres autres, le revenu d’emploi et d’entreprise. Âge minimal : 18 ans.
Âge maximal : l'année de votre 71e anniversaire. Par la suite, il est possible de cotiser dans le REER du conjoint, si ce dernier est âgé de moins de 72 ans. Âge maximal : Aucun.

Les cotisations

REER CELI
Cotisation annuelle maximale : 18 % du revenu gagné l'année précédente, jusqu'à concurrence de 26 500 $ en 2019 et de 27 230 $ en 2020.

Notez que la participation à un régime de pension offert par votre employeur réduit le montant de la cotisation annuelle.
Cotisation annuelle maximale :
  • 2009 à 2012 : 5 000 $
  • 2013 et 2014 : 5 500 $
  • 2015 : 10 000 $
  • 2016 à 2018 : 5 500 $
  • 2019 et 2020 : 6 000 $
Droits de cotisation : c'est la portion inutilisée de votre montant maximal déductible annuellement qui s'accumule depuis 1991. Droits de cotisation : c'est la portion inutilisée de votre montant maximal permis annuellement qui s'accumule depuis 2009.
Cotisation excédentaire maximum de 2 000 $ de plus que vos droits de cotisation REER. Cotisation excédentaire non permise.
Possibilité de cotiser au REER du conjoint? Oui.

C'est la personne qui cotise qui profite de la déduction dans le calcul de son revenu imposable même s'il n'est pas le bénéficiaire.
Possibilité de cotiser au CELI du conjoint? Non.

Par contre, il est possible de donner une somme au conjoint pour qu'il cotise à son CELI, sans être assujettis aux règles d'attribution.

Les retraits

REER CELI
Les retraits s’ajoutent au revenu imposable, ils peuvent donc diminuer les prestations et les crédits gouvernementaux fondés sur le revenu. Les retraits n’ont aucune incidence sur l’admissibilité aux prestations et aux crédits gouvernementaux fondés sur le revenu.
Les montants retirés ne génèrent pas de nouveaux droits de cotisation. Les montants des retraits admissibles s'ajoutent aux droits de cotisation de l'année suivante1. Vous pouvez donc cotiser à nouveau l'équivalent du montant retiré.

Imposition

REER CELI
Retraits imposables2. Retraits non imposables.
Revenus de placement imposables au moment du retrait. Revenus de placement non imposables.
Imposition au décès. Sauf si le REER est transmis par testament ou autrement au conjoint survivant, à un enfant mineur ou à un enfant handicapé à charge. Aucune imposition au décès. Si le conjoint est l’héritier, il pourra ajouter les sommes accumulées dans son propre CELI sans affecter les droits de cotisation.
Cotisations déductibles du revenu imposable. Cotisations non déductibles du revenu imposable.

Service à la clientèle

Communiquez avec un conseiller
Prendre un rendez-vous

Parler à un conseiller

Obtenez rapidement de l'aide et des conseils personnalisés.

  1. Les retraits liés aux cotisations excédentaires, aux placements non admissibles et à certaines opérations de transfert d’actifs ainsi que le revenu lié à ces sommes ne donnent pas lieu à une augmentation des droits de cotisation à un CELI. Certains de ces revenus sont assujettis à un taux d’imposition de 100 %.
  2. Les montants retirés du REER sont assujettis à des retenues d'impôt et des frais de retrait peuvent s'appliquer.