Choisir la province (Canada) ou l'État (États-Unis), et la langue.

Services en ligne – AccèsD, AccèsD Affaires, courtage en ligne, courtage de plein exercice.

Se connecter aux services en ligne de Desjardins.
 

Vous êtes ici : Accueil > Coopmoi > Plans d'action et conseils > Protection et assurances > Faut-il assurer son enfant?

Votre navigateur est configuré pour refuser les fichiers témoins (cookies). Certaines parties du site pourraient ne pas fonctionner correctement ou ne pas être disponibles. Certaines informations présentées pourraient aussi s'adresser à d'autres utilisateurs que vous.
Voir la procédure pour activer les cookies

La version de votre fureteur n'est pas supportée par le site. Certaines parties du site pourraient ne pas fonctionner correctement ou ne pas être disponibles.
Voir la procédure pour mettre votre fureteur à jour

Le navigateur Microsoft Edge provoque des problèmes dans AccèsD. Pour corriger la situation, veuillez installer la plus récente mise à jour de Windows.

Faut-il assurer son enfant?

Souscrire une assurance pour soi est souvent une décision évidente. Mais faut-il en faire autant avec son enfant? Voici quelques éléments qui vous aideront à prendre une décision.

Protection en cas de décès

Votre enfant n'a aucun revenu; son décès n'affecterait donc en rien la santé financière de la famille. Par contre, la charge émotive créée par un tel événement aurait à coup sûr un impact considérable sur tous les membres de la famille. Même s'ils pouvaient compter sur le soutien des proches et l'aide psychologique de spécialistes, les parents voudraient sans doute s'accorder un certain laps de temps pour vivre leur deuil. Outre les frais funéraires que la famille devrait assumer (jusqu'à 10 000 $), l'absence temporaire du travail entraînerait inévitablement une baisse de revenu. C'est pourquoi une protection en cas de décès d'un enfant peut s'avérer un placement judicieux dans le but d'assurer votre sécurité financière.

Montant libre d'impôt en cas de maladie grave

La famille d'un enfant atteint d'une maladie grave comme un cancer ou la sclérose en plaques, par exemple, assume des frais qui peuvent augmenter rapidement. À plus forte raison lorsqu'un des parents doit s'absenter de son travail ou si une aide externe doit demeurer à la maison avec un enfant convalescent. Sans oublier que d'autres frais peuvent venir s'ajouter, comme les transports, les séjours à l'extérieur et l'achat de matériel spécialisé.

Grâce à l'assurance maladies graves, l'assureur s'engage à verser à un assuré un montant forfaitaire unique non imposable si ce dernier reçoit un diagnostic d'une maladie grave prévue par le contrat. Entre autres utilités, ce montant pourra servir à couvrir les frais relatifs aux soins et services à domicile, les frais de déplacement et d'hébergement pour les traitements à l'extérieur du lieu de résidence, etc.

Protéger l'assurabilité d'un enfant

Invalidité, maladie grave et santé précaire peuvent avoir de sérieuses répercussions sur l'avenir financier d'un enfant. En effet, un enfant qui a été gravement malade risque de ne plus être assurable une fois arrivé à l'âge adulte. Cet état de fait nuira à sa capacité d'emprunt, comme lorsqu'il voudra acheter une maison.

Le meilleur moment pour s'assurer est donc lorsqu'on est jeune et en bonne santé. En effet, puisque les primes d'assurance augmentent avec l'âge, plus on attendra, plus elles seront élevées.

En souscrivant maintenant des protections d'assurances vie et santé pour votre enfant, vous protégerez son avenir financier (voire son « assurabilité »), en plus de profiter de taux très abordables. Lorsqu'il atteindra l'âge de la majorité, vous pourrez lui céder le contrat d'assurance afin qu'il puisse conserver ses protections à un coût toujours plus avantageux.

Prenez rendez-vous avec un conseiller en sécurité financière; cette personne sera en mesure de vous recommander les meilleures protections en matière d'assurances vie et santé.

Indice Desjardins de finances personnelles

Quelles sont vos connaissances et vos compétences financières?

Mon indice – Budget, dettes, épargnes, assurances…
Mon indice 2 – Avez-vous pris vos finances en main?
Mon indice 3 – Dépenser, épargner, protéger ses avoirs…

Soyez branché

Que vous soyez épargnant, investisseur averti ou entrepreneur, abonnez-vous à nos infolettres mensuelles qui vous proposent un résumé des meilleurs contenus préparés par les experts de Desjardins.

M'inscrire

Barre d'outils