Choisir la province (Canada) ou l'État (États-Unis), et la langue.

Services en ligne – AccèsD, AccèsD Affaires, courtage en ligne, courtage de plein exercice.

Se connecter aux services en ligne de Desjardins.
 

Vous êtes ici : Accueil > Coopmoi > Plans d'action et conseils > Préparer l'avenir : les jeunes et la finance > Articles > Trouver l'équilibre entre coopération et compétition

Votre navigateur est configuré pour refuser les fichiers témoins (cookies). Certaines parties du site pourraient ne pas fonctionner correctement ou ne pas être disponibles. Certaines informations présentées pourraient aussi s'adresser à d'autres utilisateurs que vous.
Voir la procédure pour activer les cookies

La version de votre fureteur n'est pas supportée par le site. Certaines parties du site pourraient ne pas fonctionner correctement ou ne pas être disponibles.
Voir la procédure pour mettre votre fureteur à jour

Trouver l'équilibre entre coopération et compétition

Il n'est pas rare de voir s'opposer les notions de compétition et de coopération. Pourtant, l'un n'empêche pas l'autre!

Est-ce que c'est bien de demander aux enfants de se dépasser? Tout à fait! Est-ce bien de demander aux enfants de s'entraider? Bien sûr! Comment? En faisant la part des choses entre les valeurs de coopération et celles d'une saine compétition. « Comme partout dans la vie, c'est une question de dosage », explique Nancy Doyon, coach familiale, éducatrice spécialisée et fondatrice de SOS Nancy. L'exemple par excellence est celui d'une équipe sportive qui doit à la fois compter sur la coopération entre les membres de l'équipe pour être compétitif face à l'équipe adverse.

À la maison, les jeux de société, les tâches ménagères et l'entraide entre les membres de la famille sont des lieux où la coopération a sa place. « Faire des projets où les membres de la famille coopèrent tous ensemble. Ça peut être du jardinage ou du bricolage collectif comme la fabrication d'une maison de poupée. Proposer des projets où chacun met la main à la pâte, du plus vieux au plus jeune, dans la mesure de leurs capacités », propose Nancy Doyon.

En amenant ainsi les enfants à vivre un travail équipe, en famille ou avec les amis ou les voisins, ils s'initieront aux joies de la coopération, dont la force du groupe et le plaisir de travailler ensemble dans un but commun.

« D'un autre côté, la saine compétition amène les jeunes à vouloir se démarquer. C'est correct dans la mesure où, un jour, cet enfant-là passera une entrevue pour un emploi et il devra se démarquer pour obtenir le poste », croit Nancy Doyon. Diaboliser la compétition peut entraîner des effets indésirables comme empêcher un enfant de s'émanciper de peur de déplaire. « Il y a des jeunes qui auraient des capacités extraordinaires et qui priveraient le monde de leur talent parce qu'ils ont pris l'habitude de toujours s'effacer. C'est correct d'être le meilleur parfois! »

Avantages de la coopération

  • Apprendre à s'amuser.
  • Travailler ensemble pour obtenir un résultat.
  • Développer des valeurs d'entraide, de partage et d'esprit d'équipe.
  • Apprendre à être indulgent envers les autres.

Avantages de la saine compétition

  • Apprendre à aimer se dépasser.
  • Apprendre à relever des défis.
  • Viser plus haut, plus loin.
  • Apprendre à être un bon gagnant et un bon perdant.

À faire avec les jeunes
Découvrez nos activités éducatives sur la coopération :

Barre d'outils