Choisir la province (Canada) ou l'État (États-Unis), et la langue.

Services en ligne – AccèsD, AccèsD Affaires, courtage en ligne, courtage de plein exercice.

Se connecter aux services en ligne de Desjardins.
 

Vous êtes ici : Accueil > Coopmoi > Plans d'action et conseils > Préparer l'avenir : les jeunes et la finance > Articles > L'allocation hebdomadaire : oui, non… peut-être?

Votre navigateur est configuré pour refuser les fichiers témoins (cookies). Certaines parties du site pourraient ne pas fonctionner correctement ou ne pas être disponibles. Certaines informations présentées pourraient aussi s'adresser à d'autres utilisateurs que vous.
Voir la procédure pour activer les cookies

La version de votre fureteur n'est pas supportée par le site. Certaines parties du site pourraient ne pas fonctionner correctement ou ne pas être disponibles.
Voir la procédure pour mettre votre fureteur à jour

Le navigateur Microsoft Edge provoque des problèmes dans AccèsD. Pour corriger la situation, veuillez installer la plus récente mise à jour de Windows.

L'allocation hebdomadaire : oui, non… peut-être?

Mathieu a 11 ans et quémande de l'argent pour tout et pour rien. Sa sœur Annick, 9 ans, est économe et ne demande jamais d'argent. Serait-ce une bonne idée de leur donner une allocation hebdomadaire à tous les deux?

Chaque cas est unique, mais une chose est certaine, offrir une allocation, c'est donner la possibilité aux enfants d'apprendre à gérer de l'argent. Plus tôt un enfant est appelé à gérer son argent, lorsque les erreurs n'ont pas encore de conséquences dramatiques, plus vite il apprendra de ses erreurs. Tant pour Mathieu que pour Annick, le fait de recevoir une allocation peut donc devenir une expérience enrichissante et durable.

Matière à réflexion avant d'opter ou non pour une allocation

Une occasion d'apprendre à épargner

L'allocation hebdomadaire permet une forme d'apprentissage et donne à l'enfant l'occasion de vivre une expérience formatrice pour plus tard. Lorsque l'enfant est jeune, l'adulte voit avec lui ce qu'il compte dépenser et épargner au cours de la semaine. Un peu plus tard, une allocation plus importante deviendra un peu comme un revenu et servira à payer des dépenses comme le transport, les vêtements ou les activités, tout en continuant de s'assurer qu'il en reste pour l'épargne.

Un contrat clair

Si l'allocation est gratuite, elle doit le rester. Elle ne peut pas être retirée à la première désobéissance et ne doit pas non plus être remise en cause. Si le parent accompagne l'allocation de certaines conditions ou interdictions, elles doivent être bien comprises et respectées par l'enfant dès le début. Si l'allocation est remise en échange de services, il faut bien s'entendre avec son enfant sur les responsabilités qui y sont associées.

Des règles cohérentes

Dans certaines familles, offrir une allocation en échange de tâches quotidiennes dans la maison peut être une approche à retenir. Une réserve à ce sujet est que chacun dans la famille a des tâches à faire. C'est un effort collectif de la part de tous les membres de la famille. Ce qui ne veut pas dire qu'un travail plus difficile ou une responsabilité spécifique ne peuvent être rémunérés à titre d'encouragement.

Une période d'apprentissage

Pour déterminer le montant à allouer et les augmentations possibles, il ne faut pas hésiter à évaluer l'utilité de l'allocation et le comportement de l'enfant. Après tout, il est en apprentissage et l'adulte est son conseiller.

L'allocation est une bonne façon pour un jeune de démarrer l'apprentissage de la gestion de son argent. Lorsqu'il sera en âge d'avoir un premier emploi rémunéré, il aura déjà de solides bases en poche.

Non à l'allocation, oui au budget

Pour les parents qui ne privilégient pas l'allocation, pourquoi ne pas s'asseoir avec l'enfant et lui expliquer le budget familial?

À faire avec les jeunes

Découvrez nos activités éducatives sur l'allocation :

Barre d'outils