L’inclusion financière au service de la sécurité alimentaire

L’inclusion financière au service de la sécurité alimentaire

12 août 2020

La crise de la COVID-19 aura un impact majeur sur la sécurité alimentaire mondiale, ce qui nous invite à accroître et unir nos efforts pour renforcer la résilience des systèmes agroalimentaires.

Afin de préserver un approvisionnement, une nutrition et une stabilité économique adéquats, il est essentiel de mettre à la disposition des agroentrepreneurs l’accompagnement et les ressources financières dont ils ont besoin. Les interventions menées par DID ces dernières années démontrent d’ailleurs très clairement le rôle incontournable du secteur financier en appui au maintien et à la relance des écosystèmes agroalimentaires locaux dans une perspective d’efficience et de pérennité.

Une approche globale

Que ce soit en Haïti, au Mali, en Colombie, au Sri Lanka ou au Burkina Faso, nos interventions ont permis une véritable transformation des systèmes agroalimentaires grâce à l’approche globale que nous avons adoptée, qui prend en compte tous les acteurs associés aux chaînes de valeur agricoles – incluant les institutions financières. Grâce, aussi, à des partenariats qui ont considérablement accru notre pertinence et notre impact.

Voici quelques-uns des facteurs qui ont permis d’assurer le succès de nos interventions :

  • Nous avons renforcé les capacités des institutions financières afin d’améliorer l’offre de services financiers, mais également offert un accompagnement de proximité à leurs bénéficiaires afin de les inciter à faire une utilisation judicieuse des services financiers disponibles et d’adopter de meilleures pratiques agricoles et entrepreneuriales;
  • Nous avons aussi accompagné les gouvernements afin qu’ils facilitent la mise en place de politiques publiques, normes et structures d’appui favorables aux agroentrepreneurs;
  • Nous avons mis un accent particulier sur le renforcement du leadership et du pouvoir des femmes, car bien qu’elles jouent un rôle crucial dans le développement et l’économie agricole, elles sont encore trop souvent freinées par un accès déficient à la terre, aux intrants, aux marchés et aux connaissances;
  • Nous avons favorisé l’établissement de synergies entre les acteurs d’une même chaîne de valeur afin, notamment, de faciliter l’accès des agroentrepreneurs aux intrants et aux marchés;
  • Nous avons encouragé, par des activités de formation et des produits financiers spécialisés, le recours à des pratiques agricoles durables et résilientes face au changement climatique;
  • Nous avons facilité l’accès des agroentrepreneurs aux innovations agricoles issues des centres de recherche en vue d’accroître leur productivité et leurs revenus;
  • Nous avons contribué au développement et à l’adoption par les institutions financières de solutions numériques performantes et innovantes pour favoriser l’évaluation des besoins et capacités des agroentrepreneurs sur le terrain et pour faciliter et accélérer la prise de décision.

Il ne fait pas de doute qu’un accès sécuritaire et durable à la ressource financière est essentiel à la relance et à la résilience des systèmes agricoles et alimentaires (de même qu’à l’atteinte de nombreux autres objectifs de développement).  DID continuera donc de travailler en étroite collaboration avec les régulateurs, bailleurs de fonds, investisseurs et autres acteurs de développement afin de faire en sorte que l’inclusion financière puisse jouer pleinement son rôle de catalyseur et contribuer à l’atteinte des nombreux objectifs de développement durable auxquels elle est liée.