Améliorer l’autonomie financière des femmes et la sécurité alimentaire de leurs familles

Améliorer l’autonomie financière des femmes et la sécurité alimentaire de leurs familles

18 mai 2021

Dans le département de la Grande-Anse, dans le sud d’Haïti, le cacao et l’igname sont majoritairement cultivés par des femmes. C’est la raison pour laquelle Affaires mondiales Canada a confié à DID, et aux autres ONG qui composent l’Alliance agricole internationale (CECI, SOCODEVI et UPA-DI), le mandat d’accroître la valeur économique de ces deux 2 cultures et leur résilience climatique. Le projet AVETI renforce ainsi l’autonomie économique des femmes vivant en milieu rural tout en réduisant leur vulnérabilité face aux aléas climatiques.

Dans le cadre de ce grand projet, DID s’emploie à améliorer l’accès au financement pour les productrices de cacao et d’igname, une condition essentielle à la durabilité et au succès de leurs activités. En étroite collaboration avec les autres partenaires du projet, DID travaille directement avec les institutions financières et les productrices afin de renforcer la capacité de ces dernières à accéder au crédit ainsi que de les aider à mieux répondre à leurs besoins.

Au cours des derniers mois, 17 associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC) ont été mises sur pied en collaboration avec les trois 3 institutions financières locales participantes. Ces AVEC ont rendu accessibles à 469 producteurs (dont 58 % de femmes et 27 % de jeunes) des services financiers et d’accompagnement axés sur le financement de leurs activités, l’épargne et la protection contre les risques de la vie courante. Déjà, des prêts ont pu être octroyés à 208 membres, dont 58 % de femmes.

Marie Anglesanne Oscar est l’une d’entre elles. Âgée de 38 ans et mère de 5 enfants, elle est fière aujourd’hui d’afficher son appartenance à la coopérative MOCAC, partenaire du projet AVETI. « Grâce au projet, j’ai bénéficié de formations agricoles et j’ai pu devenir membre d’une AVEC, ce qui m’a aidée à épargne et à accéder au crédit. Le prêt que j’ai reçu m’a permis de renforcer ma petite entreprise, de devenir autonome et de prendre soin de mes enfants. »

Le projet a aussi permis d’instaurer une plus grande synergie entre les associations de productrices et de producteurs et les institutions financières afin de renforcer la collaboration entre elles et d’aider les associations à se bâtir un historique financier auprès des institutions financières.